Présentation

Près du village de Ladoux, au nord ouest du bourg de Marsac, la petite fontaine qui jaillit en contrebas d’un rocher en bouillonnant est une source vauclusienne. Elle est à l’origine d’un ruisseau qui rejoint la Charente et qui alimentait jadis un moulin. L’origine celtique du mot  » Doux  » (point d’eau, fontaine) indique à l’évidence l’ancienneté d’un habitat humain sur ce site.
Du IXème siècle à la révolution, la terre de Marsac relevait de l’évêché d’Angoulême.
Sur l’une des îles de la Charente, les évêques avaient édifié un château fort . Vers 1424, le roi de France s’opposa à ce que le château fut réparé par crainte de voir les Anglais s’y installer.
Il subsiste pourtant de cette construction aujourd’hui disparue le nom de  » port du château  » conservé à une petite anse de la Charente.
Dans le bourg de Marsac, de vastes bâtiments appelés  » l’évêché  » datent du XIVème siècle. C’était dit-on, une maison de campagne de l’évêque d’Angoulême.
L’église Saint Gervais et Saint Protais de Marsac est un édifice en partie du XIIème siècle, restauré au XVème. Elle a conservé des éléments du XIIème, mais la voûte d’ogives qui recouvre le chœur est du XVème siècle. Les fonts baptismaux sont de l’époque romane.

L’église est aujourd’hui inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Chez Quanty, on peut voir un pavillon carré qui renfermait un pigeonnier. De même, le logis des Montagnes possédait son pigeonnier, qui a de nos jours perdu l’étage supérieur.
La route de Marsac à Vars (D 115) traverse la Charente, divisée à cet endroit en plusieurs bras, par une série de six ponts construits en 1906.

L’économie locale est surtout agricole avec ses exploitations pratiquant :
◦ la viticulture sur 130 ha de vignes classées en fins bois, et dont certains producteurs proposent la vente directe de leurs produits au consommateur,
◦ la culture de céréales et principalement de mais irrigué,
◦ l’élevage de vaches laitières ou bien porcin.

Certains exploitants se sont engagés vers de nouvelles voies et proposent vins et légumes issus de l’agriculture biologique.

Les bords de la Charente sont recherchés par les promeneurs et les pêcheurs.

La municipalité a donc acheté puis aménagé les îles dont celles du  » Château  » et  » Labattut  » avec des aires de pique-nique et une la passerelle.

Des solutions d’hébergement, notamment  » l’accueil paysan  » permettent aux touristes de séjourner sur place.

Les nombreuses associations de la commune offrent à tous la possibilité de vivre sa passion en proposant de multiples activités.

La frairie annuelle a lieu le dernier dimanche de juillet.

La manifestation la plus connue et la plus recherchée dans le genre en Charente et dans la région, est sans conteste le bric à brac qui se tient chaque année le premier week-end de Septembre autour de la baignade et qui rassemble de nombreux amateurs d’antiquités, de brocante …. et de curieux !